Pour ou contre le goûter (ou la collation) du matin à l’école…

La collation matinale à l’école est un vrai casse-tête. 
D’un côté, quand notre enfant part le matin le ventre vide ou presque, on est rassurée de savoir qu’il aura un encas dans la matinée. Pour autant ce n’est pas le bon chemin !
La collation matinale de 10 heures aboutit à un déséquilibre de l’alimentation et à une modification des rythmes alimentaires: votre enfant mange à 10 heures, il n’a pas faim à midi, ne mange pas beaucoup et aura faim précocement dans l’après-midi: toute la journée est bouleversée.

La collation à l’école, c’est quoi ?

Les modalités de la collation matinale varient en fonction de l’âge des écoliers et des établissements. Certains établissements ne permettent pas de collation, dans d’autres établissements l’horaire et la composition varie.

La collation à l’école, pour qui ?

Que l’enfant soit en surpoids, en sous-poids ou non, qu’il fasse un petit-déjeuner ou non, la collation de milieu de matinée à l’école est une aberration nutritionnelle. Tout le rythme de la journée est faussé par cette prise alimentaire.

« 2 cookies » pris à 10 heures empêchent l’enfant d’avoir faim au repas de midi. Il ne mangera pas avec appétit et engloutira un gouter gargantuesque à 16 heures.

Afin d’évaluer vous-même l’effet de la collation du matin sur la satiété de votre enfant, vous pouvez réaliser un test simple: mangez l’équivalence de cette collation à l’horaire de la récréation, puis mettez-vous à table à l’heure du repas de midi de votre enfant. Si votre enfant fait 20 Kg et que vous faites 60 Kg, multipliez par 3, la collation (2 cookies à 10h15 pour votre enfant = 6 pour vous au même horaire; 1 brioche pour votre enfant = 3 brioches pour vous; et mettez-vous à table à l’horaire de la cantine souvent 11h30).

Comment faire concrètement si l’école de votre enfant propose une collation dans la matinée ?

Afin de répondre à chaque situation (petit-déj ou pas de petit-déj), je ne préconise pas la suppression de cette collation mais son déplacement à un horaire répondant à la physiologie de l’enfant à savoir à son arrivée à l’école, afin de respecter l’équilibre alimentaire de la journée.

3 cas de figures:
– Louise fait un petit-déjeuner complet : Assurément, à son entrée en classe, même si la tentation de voir ses camarades manger est présente, elle ne mangera pas ou très peu. Active tout au long de la matinée, elle aura faim à l’heure du repas de midi.

– Paul fait un petit-déjeuner partiel, ce qui est souvent le cas des petits. Il mangera à son arrivée à l’école l’aliment qu’il n’a pas consommé (une compote sans sucre ajouté s’il n’a pas consommé de fruit par exemple). Actif tout au long de la matinée, il aura faim à l’heure du repas de midi.

– Rose ne fait pas de petit-déjeuner. Tenir de 19 h la veille au soir jusqu’à 10 h du matin est un stress pour tout l’organisme. Au plus tôt elle mangera, au mieux cela sera pour la réalisation de son travail scolaire et sportif du matin ainsi que pour conserver son appétit au repas de midi.

Le rapport du comité de nutrition de la société française de Pédiatrie, entériné par la circulaire n°003-210 se positionne clairement sur la question de la collation à l’école: « Aucun argument nutritionnel ne justifie la collation matinale de 10 heures qui aboutit à un déséquilibre de l’alimentation ». À l’issue de cette expertise, des recommandations ont été adressées aux directeurs et aux directrices d’école le 25 mars 2004: la collation matinale à l’école

Christelle Piatti
Diététicienne-Nutritionniste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *